Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les emblèmes de la Bourgogne

Le château de Sully l'Elysée de la Bourgogne

Le château de Sully l'Elysée de la Bourgogne

Le château de Sully, situé entre Autun et Beaune (Saône-et-Loire), est le plus grand des châteaux Renaissance du sud de la Bourgogne. 

Attention, il ne faut pas le confondre avec un autre château qui porte exactement le même nom, le château de Sully-sur-Loire, qui, quant à lui, est un château situé au bord de la Loire. Celui dont je parle est un château appartenant à une même famille et il est toujours privé, alors que le château de Sully-sur-Loire, n'est pas un château privé ! 

Le château de Sully, situé entre Autun et Beaune, est le plus grand des châteaux Renaissance du sud de la Bourgogne. Des dépendances jumelées se font face sur un parterre gazonné, tandis qu'à l'arrière se trouve le potager, clôturé par des arbres fruitiers. Un pont axial en pierre enjambe son fossé. Les façades témoignent du caractère traditionnellement défensif du rez-de-chaussée, et de l'aspect plus riche et plus ouvert du piano, articulé par des pilastres. Sous le fronton central qui rompt la ligne d'un toit en ardoise traditionnelle, le portail en arcade est mis à l'échelle pour accueillir les visiteurs. 

Château historique de la famille MacMahon, issu du mariage de l'héritière Charlotte de Morey et de Jean-Baptiste de MacMahon, Sully était le leu de naissance du maréchal monarchiste Patrice MacMahon, duc de Magenta, président de la Troisième République française de 1873 à 1879. Le château de Sully reste la demeure de l'actuelle duchesse de Magenta et de sa famille. 

Voyage à travers l'histoire 

Le château de Sully, situé à 1/2 heure à l'ouest de Beaune, est niché dans les collines de la campagne bourguignonne, au nord de la célèbre côte de Beaune et de ses vignobles de renommée mondiale. 

un fossé entoure quatre façades complètement différentes faisant face au nord, au sud, à l'est et à l'ouest. À l'intérieur, se trouve la plus belle cour Renaissance de France.  Le château est situé dans la vallée de la Drée sur ce qui est réputé être le site de la dernière bataille des Gaulois contre l'armée romaine. Tacite dit que Sacrovir s'est rendu au combat et s'est battu dans une grande plaine à 12 km à l'est d'Augustudunum. Après sa défaite face au général romain Sillius, Sacrovir, le chef d'Eduen de la rébellion anti-romaine, se retira sur Autun et se jeta sur on épée. Le site romain s'est transformé en une forteresse médiévale entourée de douves avec huit tours autour d'une cour centrale. 

De la famille Sully, le château a été transmis à la famille Montaigu, puissants courtisans sous les duc de Bourgogne. Le dernier Montaigu, Claude, également propriétaire du château de Couches, était chevalier de la Toison d'Or mais mourut à la bataille de Buxy à la fin du XVe siècle. Sa fille légitime, Jeanne, épousa un voisin d'une autre famille bourguignonne influente, Hugues de Rabutin du château d'Epiry, et reçut le château de Sully comme cadeau de mariage. Des portraits d'Hugues de Rabutin et de Jeanne de Montaigu sont visibles dans l'actuel musée des Beaux-Arts de Dijon (autrefois le palais des ducs de Bourgogne). 

Dernier duc de Bourgogne, Charles le Téméraire a été tué au combat et sa fille unique, Marie, dernière duchesse de Bourgogne n'avait que 20 ans. Elle a épousé Maximilian Habsburg mais le roi de France Louis XI a annexé la majeure partie de la Bourgogne. Certains villages comme Chassagne-Montrachet, site de la vinerie du château, se sont vigoureusement opposés à la prise de contrôle par les français. Le roi envoya ses troupes expliquer plus clairement la nouvelle situation à ces Bourguignons récalcitrants et lorsque la fumée se dissipa pour révéler le village en ruines, il ne restait que l'abbatiale de Morgeot : la chapelle et le four à pain. À la fin du règne des ducs de Bourgogne, les fortunes des familles Montaigu et Rabutin se sont rapidement effondrées et la château a été mis en vente pour la première fois. 

Maison de famille 

Le château tel que nous le voyons aujourd'hui a débuté dans la seconde moitié du XVIe siècle, à la suite de l'acquisition du château par la famille Saulx-Tavannes en 1515. Gaspard de Saulx épouse Marguerite de Tavannes et leurs descendants prennent le nom de Saulx-Tavannes. 

Gaspard de Saulx était un personnage important à la cour du roi de France Henri II, se distinguant lors de la bataille de Jarnac : «Vous êtes un lion qui doit être enchaîné» , dit le roi en le décorant de l'ordre de Saint Michel plaçant la chaîne autour de son cou. (Une tête de lion était l'emblème de la famille Saulx et vous en verrez beaucoup décorer le château). Fervent supporter de la reine, Catherine de Médicis, Gaspard de Saulx aurait offert de couper le nez de Diane de Poitiers pour elle ( Diane était la maîtresse de son mari). Il était aux côtés de la reine Catherine lors du massacre de Saint-Barthélemy à Paris le 24 août 1572 et a également recruté des mercenaires suisses pour elle. Il a été nommé maréchal de France. 

La fortune de la famille Saulx Tavannes a duré deux siècles. Les énormes sommes nécessaires pour faire face à la cour pendant le règne du roi Louis XIV ont peut-être été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase et le château de Sully a été mis en vente pour la deuxième fois de son histoire en 1715. 

Arrivée de la Famille Mac Mahon 

Au milieu du XVIIIe siècle, Charlotte le Belin, veuve de Jean-Baptiste Morey, frère de Claude Morey, hérite du domaine. Elle se marie avec un médecin d'origine irlandaise, Jean-Baptiste de Mac Mahon, naturalisé français et le Roi Louis XV lui accorde le titre de Marquis. Dès lors, le domaine entre dans la famille qui donnera naissance, en 1880, au Maréchal Maurice de Mac Mahon, futur Duc de Magenta (titre conféré par Napoléon III à la suite de sa victoire, en 1859, à Magenta). Ce dernier, seizième de dix-sept enfants, ne sera jamais propriétaire de Sully mais la relève sera assurée un siècle plus tard par son petit fils, le 3eme Duc de Magenta. 

Son petit neveu, le sixième Marquis de Mac Mahon, épouse Marthe de Vogüé à qui Sully doit de nombreux travaux : la façade sud, de style néo-Renaissance, ainsi que la remise en eau des douves. 

La marquise Marthe de Mac mahon meurt en 1923, sans enfant. Afin que le château soit conservé dans le patrimoine familial, la Marquise le lègue à la branche cadette de la famille, c'est-à-dire au troisième Duc de Magenta, descendant du Maréchal Président.

Aujourd'hui, le château est la propriété et demeure permanente de la quatrième Duchesse de Magenta et de ses deux enfants, dont le cinquième Duc de Magenta. Madame la Duchesse de Magenta s'investi passionnément dans la vie touristique et culturelle de la Bourgogne. 

Le château de Sully accueille les visiteurs tous les jours de mars à novembre entre 10 heures et 17 heures. Les visites sont guidées. 

Les Hospices de Beaune 

Autre emblème de la Bourgogne ! Outre son architecture gothique avec ses toits de tuiles vernissées aux couleurs chatoyantes, Les Hospices de Beaune sont le témoin étonnant de l'âge d'or des Ducs de Bourgogne.

Les Hospices de Beaune

Les Hospices de Beaune

Cette ancienne institution fut fondée en 1443, sous l’impulsion du chancelier du duc de Bourgogne : Nicolas Rolin et son épouse Guignone de Salins. Elle se situe à Beaune, au cœur de la Bourgogne dans le département de la Côte-d’Or. Le projet ducal était de construire un hôpital : l’hôtel Dieu.

C’est 9 ans plus tard, en 1452, que l’hospice accueille ses premiers patients : des malades, des orphelins, des personnes âgées. C’est dans la salle principale, dite « des pôvres » qu’ils étaient pris en charge. 

De nos jours, le bâtiment n'héberge plus de patients ni de nécessiteux ou de personnes âgées mais reste une visite incontournable à faire. Des greniers au dortoir des «soeurs hospitalières» en passant par la chambre du Roy , la pharmacie avec tous ses bocaux,  la salle des archives, et  la Grande Salle des Pôvres, (50 mètres de long)  avec ses lits cachés par des rideaux rouges, qui semble presque familière puisque des scènes du film «La Grande Vadrouille» ont été tournées ici même.  Il suffit de lever les yeux pour admirer le plafond richement décoré de peintures et sculptures

On retrouve encore bien d’autres salles, qui étaient réservées aux malades plus graves ou simplement à garder les médicaments. La cuisine des hospices est aussi ouverte aux visites, laissée comme au temps du Moyen-âge. Le bâtiment des Hospices possède aussi une chapelle gothique, décorée des œuvres du peintre flamand Rogier van der Weyden. C’est d’ailleurs à Beaune que l’on peut admirer le polyptyque du Jugement Dernier, œuvre de Van Der Weyden.

Grâce à l'audioguide, fourni à tous les visiteurs, on a une idée précise de la façon dont se déroulait le traitement des malades. 

Un vignoble très célèbre 

C'est en 1457 qu'un premier don de vignes aux Hospices de Beaune est fait. Depuis, les hospices reçurent de nombreux autres dons. Aujourd'hui, le domaine de 60 hectares est dédié à la production de Pinot noir, et de Chardonnay. Ce domaine viticole est constitué de 85 % de premiers crus et grands crus. 

Le domaine des Hospices de Beaune est un domaine mythique dont les vins sont vendus chaque année, le troisième dimanche de novembre lors de la plus célèbre et la plus ancienne vente de charité au monde. Cette vente vinicole annuelle de charité des Hospices de Beaune connue dans le monde entier,  fut créée il y a plus de 550 ans, avec pour vocation de soigner les malades, d'aider les plus démunis et aujourd'hui, de financer la modernisation et l'extension de l'hôpital, le fonctionnement des hospices et la conservation de l'état du bâtiment de l'Hôtel Dieu. 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article